Nand Industrie > Amiante

L'amiante sur toiture : Tout savoir de la réglementation jusqu'aux solutions

Tout le monde a entendu parler de l’amiante et de ses dangers. Que cela soit sous le nom de scandale de l’amiante ou affaire de l’amiante, les médias reviennent depuis la fin des années 1990 régulièrement sur le sujet. Pourtant, l’amiante reste un matériau peu connu du grand public qui se retrouve parfois désemparé face à ses droits et devoirs le concernant. Nous vous disons tout ce qu’il y a à savoir pour aborder le sujet plus sereinement.

Qu’est-ce que l’amiante ?Où peut se trouver l’amiante ?Quels sont les dangers ?Pourquoi l’avoir tant utilisé ?La règlementation de l’amianteQu’est ce que le diagnostic amiante ?Que faire si ma toiture contient de l’amiante-ciment ?

Qu’est-ce que l’amiante ?

L’amiante, qui s’appelait asbeste en vieux français, est une fibre minérale cristalline naturelle. Il vient donc de roches. Il existe 6 variétés d’amiante dont la composition chimique et minéralogique diffère. Sur le marché de l’amiante, on a longtemps préféré le chrysotile, ou amiante blanc, de la famille des serpentines. Les 5 autres variétés font quant à elles partie de la famille des amphiboles. Elles incluent notamment la trémolite, réputée comme la forme d’amiante la plus dangereuse.

toit moderne en taule noir laqué industriel
batiment industriel en beton avec tracteur et artisans

À l’état naturel, cette fibre est de taille infime, si petite qu’un cheveu de taille moyenne est environ 2000 fois plus épais. Utilisée depuis la préhistoire, notamment en renfort de la céramique, son utilisation augmente vers 1800 avec la révolution industrielle. Ses dangers commencent à être observés dès la fin du XIXe siècle mais il faut attendre 1977 pour que la France impose une première réglementation pour les travailleurs utilisant l’amiante. Vingt ans plus tard, en 1997, le gouvernement alors mené par Jacques Chirac en interdit totalement l’utilisation.

Où peut se trouver l’amiante ?

Dans la nature, l’amiante se trouve dans des roches, parfois regroupées en gisement. Il est extrait de mines, notamment en Russie, en Chine ou encore au Canada. L’interdiction de 1997 s’est vue accompagnée de la fermeture de l’ensemble des usines et mines françaises.

Dans la construction, l’amiante a été utilisé partout où il pouvait l’être ! On le retrouve aujourd’hui à tous les niveaux du bâtiment. Jusqu’à son interdiction en France, on s’en servait pour le dallage au sol, autour de tuyaux, dans les faux-plafonds ou encore les conduits de cheminée. On le retrouve parfois également dans le linoléum, les colles (de carrelage ou tapisserie), l’enduit, la peinture et même le mortier. En plus de ces éléments de construction, ses propriétés physiques ont incité sa présence dans des objets du quotidien. Il n’était alors pas rare de retrouver de l’amiante dans des gants de cuisine, des fers à repasser et autres pièces automobiles.

Quels sont les dangers de l'amiante ?

Les dangers à l’amiante sont graves, apparaissent à long terme et une courte exposition suffit. Il est cependant important de rappeler que le risque est dû à sa forme friable. Il n’y a donc pas de danger majeur tant que l’amiante reste prisonnier, à l’intérieur de fibrociment non endommagé par exemple.

Lorsque les fibres d’amiante sont libérées et entrent en suspension dans l’air, elles peuvent pourtant être inhalées. Elles pénètrent alors dans le système respiratoire qui n’est pas capable de les digérer. Leur présence dans l’organisme peut alors entraîner, à long terme, différentes maladies pulmonaires. Leur gravité dépend principalement de la ou les parties du corps où se logent les fibres.

L’exposition à l’amiante est d’autant plus dangereuse que les maladies n’interviennent pas tout de suite. Il faut parfois plusieurs décennies après l’exposition aux fibres avant qu’elles ne se manifestent. L’amiante peut, entre autres, provoquer l’asbestose, des plaques pleurales, voire des cancers broncho-pulmonaires, ce même cancer généralement appelé cancer des grands fumeurs.

Pourquoi l’avoir tant utilisé ?

Des problèmes respiratoires entraînés par l’amiante semblent avoir été constatés de tout temps. Il possède pour autant grand nombre de qualités qui ont longtemps contrebalancé des soucis de santé peu identifiés.

La révolution industrielle, puis son utilisation par l’armée durant la seconde guerre mondiale et enfin les besoins de reconstruction à sa sortie ont contribué à rendre l’amiante très populaire dans la construction jusqu’à son interdiction en 1997, et tout particulièrement entre 1950 et 1980.

  • Efficace dans la lutte contre les incendies : il résiste en effet très bien à la chaleur et au feu.
  • Un isolant électrique naturel.
  • Un isolant acoustique.
  • Très solide.
  • Possible à tresser et filer grâce à sa texture fibreuse.
  • Peu cher.

La réglementation de l'amiante

Le décret n°96-1133 du 24 décembre 1996, modifié en décembre 2002, stipule l’interdiction totale de l’utilisation de toutes les variétés d’amiante ainsi que de tout produit en contenant. Ce décret est entré en vigueur au premier janvier 1997. Il entre en application du code du travail et du code de la consommation.

L’amiante n’est donc plus utilisé depuis 1997. La quantité utilisée dans le passé et présente sur le sol français est cependant énorme. Estimée à plusieurs millions de tonnes, elle est répartie sur l’ensemble du territoire, notamment dans des bâtiments commerciaux, industriel et agricoles. S’en débarrasser totalement prendra encore de longues années.

Le but de la règlementation sur l’amiante est avant tout de protéger les travailleurs, les citoyens et l’environnement face à un problème sanitaire. La priorité est donc de limiter au maximum la libération de fibres d’amiante dans l’air. L’obligation légale oblige ainsi à désamianter ou sécuriser tous les logements dont le permis de construire a été délivré avant 1997.

Le propriétaire n’est pas dans l’obligation de retirer l’amiante, pour autant que son état de dégradation le permette. Si l’amiante ne présente pas détérioration, il est possible de l’encapsuler, c’est-à-dire le confiner afin d’empêcher la libération de fibres et donc prévenir ses risques cancérogènes.

Qu’est-ce que le diagnostic amiante ?

Le diagnostic amiante permet de savoir si une maison, un appartement ou un bâtiment contient de l’amiante. Il requiert l’intervention d’experts, les diagnostiqueurs. Préférez un diagnostiqueur agréé COFRAC (Comité français d’accréditation) pour vous assurer de la qualité de votre diagnostic amiante. N’hésitez pas à nous contacter, nous vous accompagnerons dès la phase de diagnostic.

Les matériaux contenant de l’amiante se répartissent sur 3 listes différentes :

Liste A :

  • Ceux pouvant libérer des fibres en vieillissant : Les faux plafonds par exemple.

Liste B :

  • Ceux pouvant libérer des fibres d’amiante en cas de travaux non-destructifs, en les perçant par exemple (murs, planchers, conduits). C’est également le cas de la plupart des toitures.

Liste C :

  • Les matériaux des listes A et B ainsi que les matériaux pouvant libérer des fibres d’amiante lors de travaux destructifs :  plaques en fibrociment, conduits de cheminée, ou colle de carrelage.

Pour les particuliers, il n’existe aucune obligation de base. Les propriétaires d’immeubles dont le permis de construire a été délivré avant 1997 sont cependant tenus de faire diagnostiquer leur bâtiment.

En cas de vente par contre, un diagnostic permettant d’établir la présence de matériaux présents sur les listes A et B est obligatoire.

Que faire si ma toiture contient de l’amiante-ciment ?

Si le diagnostic amiante confirme que la toiture de votre bâtiment contient du fibrociment amianté, deux options s’offrent à vous :

Rappelons toutefois que ne rien faire n’est pas une option envisageable si vous souhaitez rester dans la légalité et ne pas mettre votre santé et celle de vos proches en danger.

La première option venant à l’esprit est souvent le désamiantage, qui consiste à retirer l’ensemble de l’amiante. Il s’agit cependant d’un procédé lourd impliquant notamment un confinement de l’espace et une évacuation temporaire du site. Désamianter peut s’avérer plus dangereux que de laisser le produit sur place et le sécuriser. Sujette à la libération de particules d’amiante dans l’air, l’extraction de l’amiante présente en effet des risques. Elle est en plus coûteuse.

L’alternative, et la solution proposée par Nand Industrie, est le confinement. Grâce à notre concept de surcouverture, nous recouvrons la structure existante d’une nouvelle toiture. Elle permet à la fois d’empêcher la dégradation de l’amiante dans le temps et d’enfermer les fibres à l’intérieur. Nous avons pour cela mis au point la solution PoliNand®, un matériau léger et résistant qui s’installe facilement à un coût très attractif.

Demandez votre devis gratuit / Solicite su presupuesto gratis

Contact