Nand Industrie > Toiture fibrociment

La Toiture en fibrociment et l'amiante

Les toitures en fibrociment sont très répandues en France, notamment pour recouvrir des bâtiments industriels ou agricoles. Pourtant, les plaques ondulées en fibrociment nécessaires à leur construction ont pendant très longtemps utilisé l’amiante. Suite à la reconnaissance de ses effets néfastes, il a été totalement interdit à la fin des années 1990. Les propriétaires immobiliers ont désormais pour obligation de diagnostiquer la présence d’amiante et prendre les mesures nécessaires. Plusieurs options s’offrent à eux.

Qu'est-ce qu'une toiture en fibrociment ?

Une toiture en fibrociment est, comme son nom l’indique, recouverte de plaques en fibrociment. Mêlant ciment et fibres d’origine minérale ou végétale, ce matériau a longtemps été plébiscité dans la réalisation de toitures. Il est en effet léger, solide et résiste aussi bien aux intempéries qu’aux fortes variations de chaleur, et donc aux incendies. Il a en plus l’avantage d’être léger et facile à poser.

grand entrepôt avec toiture en taule fibrociment rénovée
toit neuf en taule grise ondulée

Tout au long du XXe siècle et particulièrement entre les années 1950 et 1980, les toitures en fibrociment ont connu de beaux jours. Elles ont le mérite de remplacer à profit les plaques de tôle ondulée qui isolent mal et rouillent rapidement. A priori pleine d’avantages, la toiture en fibrociment n’est cependant pas aussi durable que d’autres matériaux. L’ardoise et les tuiles en terre cuite vieillissent ainsi mieux dans le temps. Elle demande de plus un entretien régulier puisque la mousse aime s’y incruster. Son inconvénient principal est surtout que la plupart des toitures en fibrociment posées avant 1997 contiennent de l’amiante, un matériau désormais interdit puisque cancérogène.

Différentes formes de fibrociment

Le fibrociment sans amiante

Depuis l’interdiction totale de l’extraction et l’utilisation d’amiante en France, le fibrociment contient un mélange de ciment et de fibres végétales, généralement de la cellulose. Il sert toujours à fabriquer des toitures mais ne représente plus un danger pour la santé. Ses propriétés restent de plus sensiblement les mêmes. Si votre toiture a été posée en 1997 ou plus tard, vous devriez donc pouvoir être rassuré. Votre bâtiment ne devrait pas contenir d’amiante.

Le fibrociment avec amiante

Pour les toitures posées avant 1997, le danger est réel. C’est d’autant plus vrai pour les plaques de fibrociment produites jusqu’aux années 1980. L’amiante, isolant, dur à enflammer et peu coûteux était alors le principal fournisseur de fibres nécessaires à la réalisation du matériau. Avant tous travaux de construction ou de rénovation de votre toiture en fibrociment, assurez votre de demander un diagnostic technique amiante (DTA). Assuré par des professionnels accrédités, il vous permettra d’éviter tout risque d’intoxication.

Enfermé dans le fibrociment, l’amiante n’est a priori pas dangereux. La volatilité de ses fibres représente le réel danger. Il est primordial d’éviter toute détérioration du matériau et de le percer, morceler ou toute autre action pouvant mener à la libération de poussières contenant des fibres d’amiante. Leur inhalation peut entraîner, parfois à très long terme, de graves maladies respiratoires.

Quand le fibrociment nécessite-t-il un désamiantage ?

En cas de diagnostic positif, l’état de l’amiante va déterminer vos options légales quant à son traitement.
Si votre toiture amiantée présente des signes de détérioration (plaques cassées ou fissurées), elle rentre dans le cadre de chantiers de sous-section 3 (SS3). Vous avez alors pour obligation de faire appel à une société de désamiantage certifiée.

Le Comité français d’accréditation COFRAC accrédite trois organismes disposés à certifier une entreprise apte à réaliser ce genre de travaux :

  • Qualibat,
  • Global Certification
  • AFNOR Certification.

Selon la nature du problème et la solution choisie, l’entreprise certifiée SS3 est disposée à procéder au retrait ou à l’encapsulage des matériaux concernés. Il reste dans tous les cas strictement interdit à un individu ou une entreprise non-certifiée d’effectuer, participer ou assister à ce genre de travaux.

bâtiment en taule grise avec toiture neuve en taule rouge
bâtiment avec toiture en fibrociment amiantée
toit avec de la taule rouge neuve

La surcouverture comme solution alternative au désamiantage

Lorsque l’état des matériaux amiantés le permet, le désamiantage n’est pas obligatoire. C’est cette solution que nous proposons à Nand Industrie. Notre concept de surcouverture permet de rénover votre toiture en recouvrant votre structure existante. L’amiante se retrouve ainsi recouvert. Les plaques que nous utilisons, en matériau PoliNand®, le protège des dégradations, au même titre qu’il empêche ses fibres de se répandre dans l’air.

Légalement, les travaux de rénovation de toiture amiantée ou de désamiantage sont à la charge du propriétaire du bâtiment. En cas de non-respect de la loi et de ses délais d’application, il peut encourir des poursuites judiciaires et une contravention de cinquième classe (1500€). Notre solution permet de grandement faciliter les travaux et démarches administratives.

Notre solution permet :

  • Faciliter les travaux et démarches administratives
  • Le prix final de la surcouverture (ou surtoiture) est en moyenne trois fois inférieur à celui du désamiantage.
  • Vous pouvez de plus continuer d’exploiter le bâtiment tout au long de la durée des travaux.
  • Ils ne représentent qu’un danger moindre et ne nécessitent pas l’intervention d’une entreprise certifiée SS3.

Notre entreprise de surtoiture/surcouverture Nand Industrie offre une solution alternative au désamiantage. Notre réseau d’experts comporte tous les corps de métier nécessaires à la rénovation de votre toiture amiantée. Chacun de nos professionnels peut de plus justifier avoir suivi une formation amiante certifiée sous-section 4 (SS4).

Demandez votre devis gratuit / Solicite su presupuesto gratis

Contact